Les trois soeurs Dufour-Lapointe sont, depuis le début, le coup de coeur des Québécois aux Olympiques. En effet, il est très rare pour trois soeurs de pratiquer le même sport et surtout, d’y exceller!

Justine Dufour-Lapointe est la plus jeune du trio. Comme ses soeurs, elle se spécialise en ski acrobatique. Elle était championne olympique aux jeux de Sotchi en 2014, et médaillée d’argent à PyeongChang cette année. Elle participe aussi à la coupe du monde depuis 2011.

Chloé Dufour-Lapointe est la cadette du trio. Pour sa part, elle est active sur le circuit de la coupe du monde depuis 2007, et a même remporté la 10e place à Tignes, en France. Elle a remporté la 5e place aux jeux olympiques de Vancouver, et est médaillée d’argent pour les jeux de Sotchi 2014. Elle a donc partagé le podium avec sa petite soeur, quel beau moment!

Finalement, il y a Maxime Dufour-Lapointe, la plus vieille du trio. Elle aussi a participé aux même championnat et jeux que ses soeurs, et s’est classée 12e aux jeux olympiques de Sotchi en 2014.

C’est Maxime, 29 ans, qui prend officiellement la retraite du sport qui est dans sa vie depuis si longtemps. C’est lors d’une entrevue avec le magazine La Presse que Maxime a expliqué que c’est lors de sa visite à Tremblant pour la Coupe du monde que sa décision a été prise:

«Je savais que je n’avais pas été retenue pour les Jeux olympiques. Je skiais, mais j’avais mal. J’avais de la misère à me laisser aller. J’étais sur le frein, car ma hanche ne pliait pas bien. Je skiais le mieux possible et ça me donnait à peine des finales. Il y avait plusieurs petits murs à briser, mais chaque fois je les brisais, ce n’était jamais assez.»

«À Tremblant, je me suis dit, j’ai tout fait. Je ne m’en veux pas. J’ai eu du plaisir. Après tout ça, j’étais assez en paix. J’étais allée au bout de mon potentiel dans le sport.»

Elle explique aussi que la cancer de sa mère lui a fait vivre un très grand stress:

«Mes soeurs sont tout de suite retournées en mode entraînement. J’étais tiraillée. Mon but était d’aller aux Jeux, mais tout d’un coup ma mère pouvait mourir. C¹est un choc des perspectives. C’est ce qui m’a frappé.»

«Skier et me faire mal est-il si important quand ta mère est malade ? Ça ne faisait plus de sens. J’allais avec elle pour les traitements de radio. Comme c’était une masse au poumon, le faisceau brûlait son oesophage. Elle ne pouvait plus manger, c’était dur. Tu ne peux rien faire autre que d’être là.»

On comprend la décision de Maxime Dufour-Lapointe et on lui souhaite bonne chance pour la suite des choses!

Marie-Mai était à couper le souffle ce week-end au festival Osheaga

Photo: 3SDL

Source: La Presse

Article précédentÉric Salvail est officiellement de retour au Québec
Article suivantLe chef Ricardo dévoile enfin le projet sur lequel il travaille depuis longtemps